La Caf retire à la Guinée l’organisation de la CAN, l’Algérie éventuelle remplaçante

0
3809

C’était dans l’air, c’est désormais officiel. La Caf, à l’unanimité des membres de son Conseil exécutif réuni vendredi 02 septembre 2022, vient de prendre la décision de retirer l’organisation de la CAN 2025 à la Guinée, en estimant, parmi les griefs retenus, son incapacité à réunir les conditions lui permettant d’être prête dans les délais impartis.

Entre une situation politico-sécuritaire précaire et le grand retard accusé dans les chantiers prévus, notamment dans le volet infrastructurel, la structure en charge de la gestion du football continental a ainsi confirmé toutes les rumeurs ayant circulé à ce sujet en statuant sur un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre.

Malgré les multiples sorties des hautes autorités guinéennes, montées au créneau et ne lâchant pas prise afin de rassurer et de clamer haut fort que le pays est prêt et a les moyens de relever un tel défi et ce juste avant qu’une délégation d’inspection chargée par l’organisation panafricaine ne débarque pour notamment évoquer avec eux les aspects organisationnels, le verdict longtemps repoussé est tombé.

Pour rappel, et pour couper court aux « spéculations », tant le nouveau 1er responsable et nouvel homme fort du pays, le colonel Mamady Doumbouya à la tête d’un gouvernement de transition né du dernier coup de force militaire, que son Ministre des sports, Béa Diallo, ont lancé des signaux qui se voulaient positifs en soulignant que le prestigieux tournoi qui leur a été attribué sept ans plus tôt (2014) se déroulera, bel bien et à la date prévue, sur leurs terres.

A trois ans de l’échéance 2025 et constatant que pratiquement aucun des chantiers (les six stades promis n’existant que sur le papier selon les compte-rendu des différentes missions dépêchées sur place) prévus n’a été lancé en dépit de l’installation récente d’un nouveau comité d’organisation, son prédécesseur ayant été, rappelle-t-on, évincé pour avoir émis quelques doutes sur la situation, la Caf, version Motsepe, a finalement tranché en tournant la page guinéenne. Reste à lancer un appel à candidatures en urgence absolue, car le temps presse.

Pour rattraper le retard en se tournant peut-être vers des pays (l’Algérie est déjà sur les rangs et devrait profiter du prochain CHAN pour faire valoir ses arguments et avancer ses pions) en mesure d’organiser, dans les normes, un tel tournoi. Ce qui relevait de la mission impossible pour un pays comme la Guinée dont la nouvelle donne politique a, au demeurant, donné à réfléchir à une Caf ne voulant prendre aucun risque inutile en revoyant ses plans.

La course à la succession de la Guinée est donc ouverte. Avec cette porte qui s’ouvre, le Ministre de la jeunesse et des sports Abderrezak Sebgag déclarait au cours de l’une de ses rencontres avec la presse nationale, que « l’Algérie est prête pour organiser n’importe quel compétition, CAN 2025 comprise. Nous avons suffisamment de stades pour organiser cette compétition. »

En ajoutant (un indice fort) que « le président de la CAF, en visitant dernièrement l’Algérie, s’en est bien rendu compte par lui-même » avant de souligner que « lors de sa rencontre avec le président de la République, Patrice Motsepe a eu toutes les garanties des plus hautes autorités du pays quant à la capacité de l’Algérie à organiser n’importe quel événement sportif ».

Ce n’est sûrement pas tombé dans l’oreille d’un sourd même si la bataille sera des plus ardue, beaucoup de pays et non des moindres, étant déjà dans le bain et ne manquant pas d’arguments à faire valoir.

Par Azouaou Aghiles / jeune-independant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here