La « cible principale » reste toujours le Delta L’Algérie face a un mois difficile

0
200
Medical staff members wearing protective clothing to help stop the spread of a deadly virus which began in the city, work at the Wuhan Red Cross Hospital in Wuhan on January 25, 2020. - The Chinese army deployed medical specialists on January 25 to the epicentre of a spiralling viral outbreak that has killed 41 people and spread around the world, as millions spent their normally festive Lunar New Year holiday under lockdown. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)

Quatre cent soixante-deux (462) nouveaux cas confirmés de coronavirus (covid-19), 252 guérisons et 7 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, indique mercredi le ministère de la Santé dans un communiqué.

Le total des cas confirmés s’élève ainsi a 220 415, celui des décès a 6310 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé a 151 347 cas.

Par ailleurs, 33 patients sont actuellement en soins intensifs, ajoute la même source.

Le ministère de la Santé rappelle, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d’hygiène et de distanciation physique, tout en insistant sur le respect du port du masque.

La « cible principale » reste toujours le Delta

Même si la menace du nouveau variant Omicron plane sur le pays, la « cible principale » reste toujours le Delta, affirme, ce lundi, le directeur général de l’Institut pasteur, Fawzi Derrar.

« il ne faut se tromper de cible. Actuellement la cible c’est le variant Delta. A côté, il y’a une menace émergente, l’Omicron, qui, d’après les données de modalisation, sera un problème majeur aux environs de février mars », a indiqué M. Derrar lors de son passage dans l’émission l’Invité de la rédaction de la radio Chaine 3 en insistant, particulièrement sur l’urgence de revenir aux « mesures préventives essentielles, telle que la vaccination ».

Pour le directeur de l’Institut Pasteur d’Alger, le vaccin reste le meilleur moyen pour se prémunir contre le virus, tout en reconnaissant que son efficacité contre le variant Omicron n’est pas encore prouvée scientifiquement. « On n’a pas encore les données. On essaye de testé, a présent, l’activité neutralisante des serums vaccinaux contre les souches de l’Omicron et on aura les résultats dans une ou deux semaines », a-t-il précisé en affirmant, toutefois, que la vaccination reste « bénéfique quel que soit le scénario, parce que l’immunité résiduelle qui persiste après une vaccination peut protéger contre les formes graves ».

Saluant la décision du ministère des transports qui a adopté le « pass sanitaire » pour les transports maritimes, M. Derrar appelle a sa généralisation pour « ramener l’adhésion vaccinale » parce qu’il s’agir de protéger la population et de faire face au variants qui vont apparaître a l’avenir.

Echoroukonline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here