La Tunisie participe aux manoeuvres militaires au Maroc aux cotés d’israel Un pas vers la normalisation?

0
1164

Des manoeuvres militaires, associant le Maroc, les Etats-Unis et un certain nombre de pays africains, européens et sud- américains ont débuté, avant-hier, dans la région d’Agadir, au sud du Maroc.


Considéré comme l’exercice le plus important du continent africain, l’édition de African Lion 2022 est différent des précédents en raison de la présence de l’armée israélienne. Ce serait la première fois que des militaires sionistes participent, en Afrique à des manoeuvres d’une telle ampleur. La présence militaire israélienne en Afrique du Nord est inquiétante à plus d’un titre, lorsqu’on apprend que ces manoeuvres, censés durer jusqu’au 30 juin prochain associent directement la Tunisie. En effet, le territoire de notre voisin de l’Est est compté parmi les théâtres de cet exercice militaire où forcément, des soldats israéliens vont opérer.


Il sera difficile pour la Tunisie de soutenir la thèse d’un refus de normalisation avec Israël. Cela contredit le discours ferme du président Kaïs Saïed contre tout rapprochement avec l’État sioniste. La présence de troupes israéliennes en terre tunisienne est en soi, un signe négatif envoyé aux Palestiniens, mais également à l’Algérie qui a déjà, rappelons-le, ouvertement dénoncé l’introduction par le Maroc d’Israël au Maghreb. C’est d’ailleurs la goutte de trop qui a amené Alger à décider la rupture des relations avec le voisin de l’Ouest.


En prenant part à ces manoeuvres et pis encore en en accueillant une partie, la Tunisie n’a-t-elle pas adopté une posture suspecte, dont la finalité serait de normaliser ses relations avec Israël? Bien qu’aucune déclaration dans ce sens n’ait été formulée par Carthage, l’accord donné à l’armée sioniste de fouler le sol tunisien appelle des interrogations légitimes, notamment de la part de l’Algérie, qui n’a jamais caché son ambition de nouer des relations stratégiques avec la Tunisie et la Libye.


Les trois pays, réunis récemment, au niveau du ministère des Affaires étrangères avaient laissé entendre une intégration économique et une solidarité inter-États concrète.


L’Algérie n’a pas attendu une quelconque rencontre de haut niveau pour exprimer sa solidarité entière à l’endroit de la Tunisie, notamment durant la pandémie de Covid-19, avant et après cet épisode difficile pour les économies de la région.
N’ayant rien à prouver en matière de sincérité et de bon voisinage, Alger observe ce qui peut apparaître comme une sorte de réanimation d’une fraternité, scellée par le sang des martyrs de Sakiet Sidi Youcef. 

lexpressiondz / Saïd BOUCETTA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here