L’Algérie bientôt fixée après son recours pour faire rejouer les barrages du Mondial

0
2357

A bientôt un mois du dépôt de son recours auprès de la FIFA, demandant à faire rejouer le match de barrages au Mondial (défaite 2-1 contre le Cameroun) pour cause de « l’arbitrage scandaleux » du Gambien Bakary Gassama, l’Algérie doit bientôt être fixée sur son sort. L’instance se réunit ce jeudi à Zurich (Suisse).


L’Algérie va enfin savoir. Eliminés sur le terrain sportif en barrages de la Coupe du monde 2022 par le Cameroun de Karl Toko-Ekambi (défaite 2-1 après prolongation), le 29 mars dernier, les Fennecs n’avaient pourtant pas encore dit leur dernier mot. Et ce sur un tout autre terrain: celui judiciaire.

Après avoir dénoncer « un arbitrage scandaleux ayant faussé le résultat du match » de la part de l’arbitre gambien Bakary Gassama, la Fédération algérienne de foot (FAF) avait annoncé déposer un recours auprès de la FIFA pour tenter de faire rejouer la rencontre couperet. Recours dont le verdict est attendu sous peu. Selon des médias locaux, des supporters algériens ont manifesté ces derniers jours devant le siège de la FIFA à Zurich (Suisse).

Ne pas « vendre des illusions » aux supporters algériens
Tandis que l’instance dirigeante doit se réunir ce jeudi, l’issue de ce recours et son résultat restent corrélés à une autre saisie de la part de la Fédé algérienne. Qui avait fait savoir en début de semaine qu’elle avait, « conformément aux recommandations de ses conseils juridiques », également saisi la Commission d’arbitrage de la FIFA puisque « le dossier de réclamation introduit s’appuie sur un argumentaire et des considérations techniques liées à l’arbitrage qui nécessitent un examen de la part d’une structure spécialisée ».

Pour étayer sa demande, qui a très peu de chances d’aboutir, l’Algérie se base notamment sur deux buts refusés à Islam Slimani (hors-jeu et main) et deux accrochages dans la surface camerounaise sur Rachid Ghezzal ou Youcef Belaïli non-sanctionnés d’un penalty par l’arbitre.

L’ancien président de la FAF, Charaf-Eddine Amara (qui avait démissionné peu après l’élimination), avait rapidement estimé que « les chances de rejouer le match sont faibles » et qu’il ne voulait pas « vendre des illusions » aux supporters algériens.

Romain Daveau / Journaliste RMC Sport

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here