L’Algérie commande le Sukhoi Su-57 furtif

0
666

Le site russe spécialisé « Inosmi » a fait savoir que l’Algérie a passé une commande pour l’acquisition de l’avion de chasse furtif, Sukhoi Su-57. Selon le même site, d’autres clients ou acheteurs potentiels ont fait part de leurs intérêts pour ce modèle, comme l’Inde, le Kazakhstan, le Vietnam et le Myanmar.

Selon les spécialistes, cet avion de chasse a prouvé ses capacités de combat sur des champs de bataille réel, notamment à travers des opérations de guerre en Syrie, mais surtout en Ukraine.

Selon leurs explications, la participation de l’avion à des missions militaires en Syrie et en Ukraine avait suscité un grand intérêt à l’étranger, notamment dans les milieux de la défense et de l’armement. On a noté que l’actuelle guerre en Ukraine a retardé la vente et l’exportation de cet avion furtif, étant donné qu’il a été soumis à des essais multiples et à des corrections ou développements que les ingénieurs russes mènent toujours sur l’appareil.

Les modèles de pré-production ont déjà été testés au combat à l’appui des opérations en Syrie, et les modèles de production participent aux opérations de combat en Ukraine depuis mars dernier. Cependant, à l’heure actuelle, un seul escadron incomplet de l’armée de l’air russe exploite le Su-57 – a savoir l’unité d’essai du 929e centre d’essais en vol d’Etat (GLIT).

Pour rappel, le Sukhoi Su-57 est le premier avion de chasse russe doté de caractéristiques furtives et le seul avion de chasse de cinquième génération. Destiné à rivaliser avec l’américain Lockheed Martin F-22 Raptor et le chinois Chengdu J-20, il a effectué son vol inaugural en 2010.

Selon des sites spécialisés, les livraisons de ce modèle devraient atteindre un rythme accéléré à partir de 2025. Le producteur et concepteur russe tablent déjà sur une augmentation de la production, dés la fin des tests techniques et des améliorations électroniques de combat. La production devrait atteindre quatorze avions par an. L’armée de l’air russe recevra au total six chasseurs en 2022, en attendant l’accélération de la production dans les prochaines années.

Pour les spécialistes, la version définitive de cet avion de combat est terrifiante. L’aéronef est un véritable monstre de technologie, digne des vaisseaux de science-fiction. Sa fiche technique explique que l’aéronef de combat aux deux turboréacteurs est capable de voler à plus de 2.600 kilomètres par heure, capable aussi d’une vitesse ascensionnelle de 21.000 mètres par minute et d’un rayon d’action de 1.750 kilomètres.

Ce chasseur cinquième génération de Moscou peut se déplacer furtivement, à l’abri des radars: comme ses rivaux américains (F-22, F-35) ou chinois (J-20), le matériau composite dont il est revêtu le rend en effet quasiment invisible pour les détecteurs et radars ennemis. Le Su-57 est capable de toucher des cibles dans les airs, au sol et sur mer et d’être équipé du missile hypersonique Kinjal.

Enfin, ce Sukhoi est doté d’un co-pilote qui n’est autre qu’une intelligence artificielle, un ordinateur doté d’un système de pilotage numérique connecté.

Il faut rappeler qu’en décembre 2019, le site d’information militaire algérien Menadefense, avait rapporté pour la première fois l’intérêt de l’armée de l’air algérienne pour cet appareil. L’Algérie avait conclu deux autres contrats relatifs à l’acquisition de 14 bombardiers à long rayon d’action Su-34 et de 14 appareils Su-35.

Deux autres contrats en option pour l’achat de Su-34 et Su-35 de 14 appareils chacun avaient également été signés dans le but de remplacer les avions qui seront retirés de la flotte de l’Armée de l’air dans les prochaines années, précise la même source.

En Méditerranée, l’Algérie est le troisième pays à pouvoir posséder des avions furtifs, après Israël et l’Italie.

Par Mohamed K. / jeune-independant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here