Le célèbre artiste algérien Mohamed Hilmi n’est plus

0
175

L’icône du cinéma algérien Mohamed Hilmi est décédé , ce mercredi 5 janvier 2022,  a l’age de 90 ans, selon la Télévision algérienne.

Mohamed Hilmi, de son vrai nom Ameziane Brahimi, est né le 15 février 1931 a Azeffoun dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Mohamed Hilmi assiste a dix ans a son premier spectacle, Diviser pour régner, un sketch dans lequel Hassan El-Hassani jouait le rôle de Naama. A treize ans, il quitte son village natal pour aller a Alger où son médecin traîtant – il avait une ostéite bacillaire – lui procure un emploi de coursier dans une compagnie d’assurance. Parallèlement, il prenait des cours par correspondance durant trois ans. En 1947, on le sollicita pour un rôle dans la pièce Ould Ellil. Bachetarzi ne lui attribuait que des petits rôles et c’est pour cette raison qu’il rejoint, en 1949, Rédha Falaki a la radio. Il écrit même une pièce radiophonique pour la chaîne kabyle qu’il interprétera avec Cheikh Nourddine et Abder Isker. En 1950, il renoue avec les planches.

Après l’indépendance, il est l’auteur de nombreux sketches qui utilisent la chansonnette et se lance dans la réalisation de téléfilms, courts et moyens métrages: Chkoune Yassbag, El Ghoumouk, Ec-Chitta, Matfahmine, Listihlak et surtout l’Après-pétrole (1986). En 1993, il signe son premier métrage, El Ouelf Essaib, et publie, a compte d’auteur, une comédie satirique intitulée Démocra-cirque ou le cri du silence. Parcours miraculeux, une autobiographie, et Le présent du passé.

Le défunt sera inhumé ,ce mercredi après la prière d’El Asr, au cimetière Sidi M’hamed a Alger.

Echoroukonline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here