L’ex-ambassadeur de France a Alger: L’Algérie reste en effet énigmatique

0
305

L’ex-ambassadeur de France à Alger Xavier Driencourt s’est délié de son devoir de réserve pour livrer sa vision des relations compliquées et passionnées entre les deux pays. Entretien.

Fin connaisseur de l’Algérie, où il fut chef de la mission diplomatique française pendant près de huit ans (de 2008 à 2012 et de 2017 a 2020), Xavier Driencourt porte un regard sans concession sur les relations entre Paris et Alger. Dans l’entretien qu’il a accordé au journal « Jeune Afrique »a l’occasion de la sortie de son livre L’Enigme algérienne – Chroniques d’une ambassade a Alger, aux éditions de l’Observatoire, l’ancien ambassadeur évoque l’opacité du système politique algérien, le poids écrasant de la colonisation française et de la mémoire commune, ainsi que le sempiternel dossier des visas qui empoisonne les relations entre les deux pays.

Jeune Afrique : Deux fois ambassadeur de France en Algérie, vous êtes une fin connaisseuse de ce pays. Pourtant, vous dites que l’Algérie est une énigme.

Xavier Driencourt : Au bout de huit ans de présence, l’Algérie reste en effet énigmatique, en tout cas pour moi. Nous croyons la connaître, mais nous ne la connaissons pas en vérité. Nous l’avons pourtant colonisée pendant 132 ans et nous y avons fait la guerre durant plus de 7 ans.

Ainsi, il y a peu de touristes français en Algérie, alors qu’un million d’entre eux vont à Marrakech tous les ans. Les Français vont en Tunisie, au Maroc, mais peu en Algérie. D’où le fait qu’ils ne connaissent pas ce pays. Les Algériens me disaient souvent : « Nous vous connaissons mieux que vous nous connaissez. » Un ministre algérien m’a, lui, lancé un jour : « Ce qui fait notre force, c’est notre opacité. »

Echoroukonline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here