Maryam Nuri morte dans l’embarcation de Calais rêvait de retrouver son fiancé Mohamed Amin

0
469

Une femme kurde qui voulait vivre avec son futur mari au Royaume-Uni devient la première victime de la chaîne. Un parent l’a décrite comme une personne de type « romantique » et un « bel ange ».

Une jeune femme qui tentait de rejoindre son fiancé au Royaume-Uni est devenue la première victime de la noyade massive dans la Manche à être identifiée.

Maryam Nuri Hamdamin, surnommée Baran, était une étudiante kurde du nord de l’Irak au début de la vingtaine.

Son parent Krmanj Ezzat Dargali a confirmé son identité à la BBC et au Times.

Il a rendu hommage à Maryam sur Facebook en publiant une photo d’elle lors de ce qui semble être sa fête de fiançailles et en la décrivant dans un poème comme un « bel ange » qui était un « romantique ».

Son fiancé, qui n’a pas été nommé, a déclaré qu’il ne savait pas qu’elle se rendait au Royaume-Uni avec sa parente et qu’elle avait prévu de le surprendre avec son arrivée.

Il a dit que Maryam lui avait envoyé un message lorsque le canot fragile dans lequel elle et des dizaines d’autres personnes se trouvaient a commencé à se dégonfler.

Elle était l’une des 27 personnes au moins décédées mercredi après le chavirement du petit navire gonflable. Au moins 17 hommes, six autres femmes et trois enfants sont morts. Il n’y avait que deux survivants.

Le fiancé de Maryam a déclaré à la BBC qu’elle avait essayé de lui assurer qu’ils seraient secourus – mais il a ensuite perdu son signal GPS qu’il utilisait pour la suivre quand, selon lui, le navire était au « milieu de la mer ».

Lorsqu’il a entendu qu’un navire avait chaviré dans la Manche, il a dit qu’il avait appelé les trafiquants d’êtres humains, mais ils lui ont dit qu’ils ne pouvaient atteindre aucune des personnes qu’ils avaient mises sur le canot.

Son fiancé a déclaré que la famille avait appris la nouvelle de sa mort par deux personnes qui étaient avec elle et qu’ils attendaient que son corps soit rapatrié au Kurdistan.

« Je suis dans un très mauvais état », a-t-il déclaré.

Son parent Krmanj, qui a suggéré dans sa publication sur Facebook que Maryam était sa cousine germaine une fois enlevée, a déclaré à Sky News : « Sa mère et son père sont totalement dévastés. La situation est juste horrible.

« C’était une femme dans la fleur de l’âge. C’est une tragédie totale et toute la famille est sous le choc. »

Il a ajouté : « Je comprends pourquoi tant de gens partent pour une vie meilleure, mais ce n’est pas la bonne voie. C’est le chemin de la mort. »

Krmanj a déclaré qu’il espérait que les gouvernements britannique et français « nous accepteraient mieux ».

Dans le camp de réfugiés de Grand-Synthe à Calais, Sanger Ahmed, 33 ans, a confié aux médias que ses deux amis n’avaient pas répondu à ses messages depuis qu’il l’avait contacté pour lui dire qu’ils étaient terrifiés par un voyage en annexe.

Shakar Ali, 25 ans, et Harem Pirot, 23 ans, originaires d’Irak, ont déclaré à M. Ahmed qu’ils avaient été forcés de monter à bord du navire « fragile et surpeuplé » par des passeurs armés.

M. Ahmed a déclaré : « J’ai entendu des histoires de contrebandiers avec des armes qui obligent les gens à embarquer s’ils essaient de reculer à la dernière minute. Ce sont des gens brutaux. »

Il s’inquiète du fait que ses amis se trouvaient à bord du canot et soient décédés, mais – comme la plupart des victimes n’ont pas été identifiées – ses craintes n’ont pas encore été réfutées ou confirmées.

Quatre jeunes hommes – Riaz Mohammed, 12 ans, son parent Share Mohammed, 17 ans, et deux autres garçons Palowan, 16 ans, et Shinai, 15 ans – faisaient partie de ceux qui tentaient de traverser la Manche le même jour où le canot a chaviré.

Leurs amis, incapables de les contacter, craignent qu’ils ne soient également morts en mer.

Les autorités françaises ont arrêté cinq trafiquants d’êtres humains présumés en lien avec les noyades.

Pendant ce temps, les relations anglo-françaises sont allées de mal en pis après les morts tragiques.

Le ministère français de l’Intérieur a annoncé qu’il retirait une invitation au ministre de l’Intérieur Priti Patel pour assister à une réunion des ministres des principaux pays européens à Calais dimanche pour discuter de la crise.

Un porte-parole du gouvernement du président Emmanuel Macron a réagi avec fureur après que Boris Johnson a publiquement appelé la France à reprendre les personnes qui traversent la Manche.

Par Oussama / Alnas

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here