Pénurie d’huile de table : Les spéculateurs reviennent à la charge

0
242

Par T. Bouhamidi / jeune-independant

Le scénario vécu il y a quelques mois est en train de se répéter avec les mêmes acteurs et le même décor. La rareté de ce produit est en effet constatée à travers tous les commerces de la wilaya de Blida, avec une rumeur concernant l’indisponibilité de cette denrée vitale depuis une semaine déjà. La rumeur a poussé les consommateurs à s’approvisionner davantage et  à stocker ce produit alors que les autorités rassurent quant à sa disponibilité.

L’huile de table est absente ces derniers jours dans certains étals des surfaces commerciales. La rumeur a poussé les consommateurs à en acheter d’importantes quantités, ce qui a créé des perturbations dans l’approvisionnement.

Face à la rumeur selon laquelle la production de ce produit de large consommation aurait connu une baisse, des commerçants, des propriétaires de restaurants ou encore des ménages, mais surtout les commerces de la zalabia à Boufarik, le mois sacré du ramadhan approchant à pas de géant, se sont rués sur les points de vente pour s’en procurer en quantités et procéder à son stockage.

Cette situation constitue une période propice pour les spéculateurs qui stockent à leur tour et revendent ensuite à des prix exorbitants. Sur ce sujet, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a récemment indiqué sur les ondes de la radio nationale que ce produit est disponible en quantité suffisante et que sa production tourne à plein régime.

Le ministre a pointé du doigt les spéculateurs qui propagent de fausses informations pour faire croire aux consommateurs que l’huile de table est devenue rare. Il a précisé que «le marché algérien connaît une disponibilité de divers produits de large consommation, et ce malgré les pressions, de temps à autre, pour des raisons non objectives dans la plupart des cas». M. Rezig a affirmé aussi que l’huile de table est disponible vu le volume de production qui dépasse celui de la demande.

Le ministre a tenu à rassurer quant au lancement de mesures visant à contenir cette crise, et ce à quelques mois du début du mois sacré du ramadhan. Il convient de rappeler que l’Algérie n’est pas à sa première crise d’huile de table. Le pays a connu le même scénario à la fin du premier semestre de l’année dernière et les raisons sont quasiment les mêmes. Des perturbations de l’approvisionnement ont été enregistrées, ce qui a engendré de longues files d’attente de citoyens à la recherche de ce produit.

Au mois d’octobre dernier, le ministre du Commerce s’est exprimé sur le sujet, affirmant qu’il n’y avait aucune pénurie d’huile de table. Il avait assuré que la spéculation et les rumeurs étaient derrière le déséquilibre entre l’offre et la demande, et ce en raison d’une forte demande par les citoyens sur ce produit de base. Il a précisé que cette matière est disponible en quantités suffisantes mais que les rumeurs relayées récemment par les médias sur une éventuelle pénurie ont incité les citoyens à stocker l’huile de table, d’où cette pression qui a directement impacté le marché.

«A chaque fois qu’une pénurie est enregistrée, de nouvelles quantités sont mises sur le marché pour y remédier», a-t-il rappelé. Il convient de noter que les brigades mixtes de contrôle ne sont toujours pas arrivées à mettre fin à ce phénomène pour un retour à une situation stable. 

Par T. Bouhamidi / jeune-independant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here