Plages de Béjaïa L’accès sera-t-il réellement gratuit?

0
158

lexpressiondz / Arezki SLIMANI

La baignade demeure payante de manière indirecte du fait que tous les espaces sont occupés par les loueurs qui imposent leur matériel à des prix forts.

L’ouverture de la saison estivale approche à grands pas. À Béjaïa on s’active sérieusement. Après la visite du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, assurant que les plages demeurent gratuites, seuls les parkings sont payants ainsi que les accessoires de plage, en location, les autorités locales joignent le geste à la parole en réunissant les gestionnaires des plages pour étudier les voies et moyens de mettre fin au diktat imposé par les parkingeurs et les loueurs de matériel de plage. Le chef de cabinet a, en effet, présidé une réunion de coordination avec les gestionnaires de plage, installés officiellement, en exécution de la décision ministérielle. Il s’agit de réunir de bonnes conditions d’accueil aux familles et les estivants.


Ces gestionnaires des plages ne sont autre que des employé communaux nommés à chaque plage, pour assurer le suivi de la saison estivale sur le terrain par un contact permanent avec les vacanciers et l’inspection régulière des plages, notamment les conditions d’hygiène et toutes les exigences, dont le suivi de l’opération plage gratuite. En cas d’enregistrement de violations ou d’abus, un rapport direct est soumis à la commission de wilaya, appelée ainsi à intervenir rapidement pour résoudre les problèmes et prendre toutes les mesures légales. Après avoir longuement écouté les préoccupations des gestionnaires de plage, qui ont soulevé un certain nombre de problèmes entravant leur travail, le chef de cabinet de la wilaya a confirmé que leur présence résoudrait de nombreux problèmes connus de la saison estivale, notamment la propreté et la gratuité de l’accès aux plages. En vérité, le problème d’accès aux plages ne s’est jamais posé en termes de paiement. C’est plutôt l’occupation de tous les espaces de la plage par les propriétaires des accessoires qui empêchent les baigneurs d’installer leur propre matériel. De ce fait, le baigneur, bien qu’équipé, se voit contraint de louer un matériel, dont il dispose, proposé moyennant des sommes dépassant tout entendement.

Ajouté aux parkings où les places sont proposées à des prix forts, les plages deviennent, de ce fait, payantes. C’est à ce niveau que les gestionnaires des plages doivent intervenir, secondés par les services de sécurité. Fixer les tarifs des parkings et celui de la location des accessoires est l’autre problématique à résoudre nécessairement. C’est toute la question à laquelle les autorités doivent répondre d’autant plus que les parkingeurs et les loueurs d’accessoires y exercent sur les plages sur autorisation délivrée par les communes avec un cahier des charges comprenant toutes les conditions d’exercice.

Pour rappel, le littoral de Béjaïa compte 34 plages autorisées à la baignade. Chaque plage est officiellement dotée d’un schéma d’exploitation encadré par des accès afin de faciliter le travail des différents intervenants ainsi que la circulation des baigneurs. Depuis le temps que les autorités multiplient les réunions et les visites sur le terrain, on est tenté de croire que la présente saison estivale, qui intervient après une période de crise sanitaire, ne sera que mieux. Mais entre la théorie et la pratique, il y a loin de la coupe aux lèvres. Le fossé est énorme. Le risque de voir le scénario des précédentes saisons estivales n’est pas à écarter. 

lexpressiondz / Arezki SLIMANI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here