Présentation de modèles de chauffe-eaux solaires de fabrication algérienne

0
467

Algérie-Eco avec APS

Des modèles de chauffe-eaux solaires de fabrication algérienne ont été présentés mardi au siège de l’Unité de développement des équipements solaires (UDES) de Bousmail (Tipasa), rapporte l’agence APS.

« Il s’agit de chauffe-eau solaires fabriqués par des opérateurs nationaux qui s’orientent progressivement vers la fabrication d’équipements fonctionnant aux énergies alternatives », a indiqué à l’APS Hamza Guettai, gérant de l’unité « Petrogel » de Batna, activant dans ce domaine.

Selon les explications fournies par ce dernier, cette entreprise a développé, depuis début 2021, un modèle de chauffe-eau, d’une capacité de stockage de 200 litres, fonctionnant avec la technologie des rayonnements électromagnétiques.

« L’intégration de ce domaine d’activité n’est pas le fruit du hasard, car notre entreprise active depuis 2010 dans le domaine de fabrication d’équipements exploitant des énergies propres, à l’instar des kits de conversion GPL/C (Ecogel) », a-t-il souligné.

Les chauffe-eaux présentés devant une délégation ministérielle

La présentation de ces chauffe-eau devant la délégation ministérielle, formée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Ziane Ben Attou, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar et le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi, a été l’occasion pour le lancement des tests de performance de ces équipements. des tests nécessaires avant l’approbation officielle de leur fabrication et commercialisation selon le cahier des charges y afférent, a indiqué le ministre de la Transition énergétique.

La cérémonie de présentation des appareils, organisée en coordination avec l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE) et le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), est le fruit d’une initiative lancée en mai dernier par le ministère de la Transition énergétique, en coordination avec le ministère de l’Industrie, pour la fabrication de chauffe-eau solaires, à laquelle ont adhéré sept opérateurs nationaux, a expliqué M. Ben Attou.

Assurant que « la transition énergétique est une orientation mondiale indispensable pour trouver des alternatives aux énergies fossiles », le ministre a souligné l’impératif pour l’Algérie de « renoncer progressivement aux énergies classiques, pour s’orienter vers une économie circulaire, selon des modes de production et de consommation permanents, en conformité avec les instructions et engagements du Président de la République », a-t-il observé.

Un taux d’intégration nationale de 95%

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a, pour sa part, affirmé l’engagement de son département ministériel à « instaurer les liens de coopération avec l’environnement économique et social », soulignant « l’intérêt accordé à la recherche appliquée, ce qui permettra de promouvoir des modèles de recherche dans tous les domaines, notamment celui des industries propres, et de lancer leur fabrication ». M. Benziane a également affirmé la détermination de son secteur « aujourd’hui plus que jamais, à encourager la recherche et à relever les défis pour consacrer l’économie du Savoir ».

Le ministre de l’Industrie a assuré, quant à lui, l’implication de son secteur dans cette démarche, « selon une vision gouvernementale participative et solidaire afin de réaliser un saut qualitatif dans l’industrie nationale ». Il a, par ailleurs, qualifié le taux d’intégration nationale de ce projet (modèle de chauffe-eau), estimé à 95%, de « remarquable » et d’ »encourageant », car permettant de passer au stade de la production et de la commercialisation.

Une décision a été également prise pour la réalisation d’un test de performance de ces chauffe-eau, au niveau de la plate forme d’expérimentation du CDER. Opération devant permettre d’évaluer la performance de ces modèles et d’orienter les industriels sur d’éventuelles améliorations à apporter, avant le lancement de leur production à grande échelle.

Vers la production de 3000 chauffe-eaux solaires

A ce propos, le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables a annoncé qu’il était prévu de produire 3000 unités de ces équipements une fois testée leur performance. Selon le ministre, le prix de ces chauffe-eaux sera soutenu à 50%, dans une première étape, et auront la protection de « marque déposée » dans le cas où les tests de performance s’avèrent concluants.

« Ces chauffe-eau représentent des modèles pour des applications futures susceptibles d’être développées par des centres de recherche et des laboratoires », a ajouté M. Ben Attou, assurant l’engagement de son département et des ministères de l’Industrie et de l’Enseignement supérieur « à les promouvoir et à les valoriser, en leur trouvant un marché approprié », a-t-il dit.

Il a appelé, à ce titre, à une « impérative implication des chercheurs et de l’expertise algérienne en vue de renoncer progressivement à l’expertise étrangère et d’aller graduellement vers une transition énergétique garante de la relance du développement national, par la création, à tous les niveaux, de la richesse et de l’emploi ».

Une démarche dans laquelle le secteur de l’enseignement supérieur est partie prenante, à travers l’UDES, qui œuvre à l’identification des composantes des énergies renouvelables, à l’instar du projet de production d’hydrogène vert et la mise en place de plates-formes d’essais d’équipements, tels que les panneaux solaires.

La consommation d’énergie en Algérie augmente de 5% par an

Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables a également souligné le rôle du ministère de l’Industrie, dans l’accompagnement de la transition énergétique, par le soutien des industries locales, à l’instar des lampes à haute efficacité énergétique, les appareils électroménagers à basse consommation, des batteries, des transformateurs et autres équipements.

Il a, en outre, insisté sur « l’impératif d’accélérer la transition énergétique et de généraliser l’utilisation des énergies alternatives dans tous les domaines pour la concrétisation du programme de l’efficacité énergétique et de l’économie de l’énergie ».

M. Ben Attou a observé que la consommation d’énergie en Algérie enregistre, annuellement, une hausse de 5%, qui est due, principalement, à la croissance démographique, aux exigences croissantes du développement économique et au recul des ressources fossiles, outre les défis climatiques et la tendance mondiale vers la réduction des émissions de carbone.

« D’où l’intensification des efforts du secteur », a-t-il dit, « pour la concrétisation des fondements de la transition énergétique, en application des instructions du président de la République, notamment celles liées à la transition énergétique et à la sortie graduelle de la dépendance aux hydrocarbures », a-t-il relevé.

Algérie-Eco avec APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here