Prévalence du cancer en Algérie Les chiffres inquiètent

0
115

La tendance à la hausse des taux d’incidence de certains cancers souligne la nécessité de renforcer les efforts dans le domaine de la prévention.

Les chiffres exponentiels de l’incidence du cancer inquiètent au plus haut point les spécialistes. Le président de l’Association nationale algérienne de lutte contre le cancer, le professeur Kamel Bouzid, alerte: «La tendance de la prévalence du cancer en Algérie augmente de façon spectaculaire, puisque nous enregistrons 55000 nouveaux cas chaque année».

Ces chiffres sont communiqués, alors qu’une récente étude sur le cancer en Algérie a révélé que les projections sur 2025 donnaient une augmentation du nombre des cas pouvant atteindre 70556 nouveaux cas/an. «Le cancer colorectal occupe le premier rang chez les hommes et le deuxième chez les femmes, derrière le cancer du sein», a ajouté le professeur Bouzid à la faveur d’une intervention sur les ondes de la radio de Constantine.

«L’Algérie enregistre annuellement près de 55000 nouveaux cas de cancer, tous types confondus, dont 12000 nouveaux cas de cancer du sein enregistrés chaque année, 5000 nouveaux cas de cancer du poumon et 5000 cancers de la prostate», a-t-il détaillé. Le professeur Bouzid a, en outre, constaté que «depuis les années 90, le cancer a augmenté de façon spectaculaire dans le pays, nous sommes passés de 10000 nouveaux cas de cancer à 55000 nouveaux cas par an», notant que «les principales raisons de la propagation du cancer en Algérie sont liées à l’addiction au tabac et au changement de régime alimentaire.» Il impute ainsi la recrudescence des cas à l’abandon du régime alimentaire méditerranéen, lequel est le socle de la cuisine algérienne, le régime méditerranéen étant une alimentation axée sur des produits frais, de saison, et qui exclut les produits transformés, industriels. Il est riche en bon gras, avec l’utilisation de l’huile d’olive. Il se compose majoritairement de fruits, de légumes, de légumineuses et de céréales.


La tendance à la hausse des taux d’incidence de certains cancers souligne la nécessité de renforcer les efforts dans le domaine de la prévention. Le professeur Bouzid ajoute à ce titre. «Un diagnostic précoce aide grandement à guérir le cancer», soulignant la formation de 1000 spécialistes. Rebondissant sur la question de la disponibilité des médicaments, il a déclaré: «Une pénurie préoccupante en anticancéreux, en plus de leur coût élevé, notant que le coût des traitements émergents pour les cancers immunologiques et corrigés est très coûteux et est estimé à 5 000 dollars américains». Il a alors évoqué l’immunothérapie afin de combattre cette maladie, étant une nouvelle forme de thérapie ciblée qui stimule, entre autres, le système immunitaire du patient, afin de tuer les cellules cancéreuses. Il a alors appelé à allouer un budget pour l’achat de médicaments.

Le cancer étant la deuxième cause de décès, après les maladies cardiovasculaires, l’Algérie n’a de cesse d’élaborer des stratégies basées sur des données scientifiques pour combattre cette maladie meurtrière. Elle érige le deuxième plan national de lutte contre le cancer 2022-2026. 

Salim BENALIA / lexpressiondz

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here