Tourisme en Tunisie : Le marché algérien recule

0
1467

Les Algériens ont retrouvé le chemin vers la Tunisie par voie terrestre depuis le 15 juillet dernier. Jusqu’au 2 du mois en cours, environ 61.000 Algériens sont entrés dans le pays voisin, d’après Fouad El-Oued, représentant de l’Office national du tourisme tunisien à Alger. Ce retour, évalué timide par les experts, est en «amélioration», selon le membre de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie Djalel El-Hanchiri.

Le 6 août, «environ 4000 Algériens se sont rendus en Tunisie», a-t-il déclaré à la radio Diwan FM en revenant sur les raisons qui ont fait que le flux ne soit pas aussi important que celui d’avant-Covid. En 2019, les arrivées aux frontières des Maghrébins ont atteint 4.976.826 touristes, soit une progression de 15,5% par rapport à 2018, selon les chiffres avancés par l’Office national du tourisme tunisien (ONTT).

Les Algériens contribuaient alors considérablement à l’alimentation du tourisme du pays voisin. Au total, 2.934.975 Algériens se ruaient vers la Tunisie pour passer leurs vacances. Cette saison, «les marchés ayant connu un progrès sont les marchés européens, notamment le marché français. Le marché libyen, quant à lui, dynamise toujours le tourisme tunisien», selon le membre de la Fédération tunisienne des hôtelleries.

A ce propos, il a ajouté : «Le marché intérieur a surperformé au marché algérien qui reste jusqu’à présent timide comparé à la période avant-Covid. Ce nombre timide est dû au retard enregistré dans l’ouverture des frontières.»

Pour le membre de la Fédération tunisienne des hôtelleries, ce rythme est expliqué essentiellement par «le retard de l’ouverture des frontières terrestres» fermées depuis deux ans, dans le cadre des restrictions imposées pour la lutte contre la propagation du coronavirus.

Cette raison devrait s’ajouter à d’autres, à savoir celle liée au test PCR, annulé dernièrement en coordination entre les ministères de l’Intérieur tunisien et algérien. Avant la prise de la décision, les Algériens se voyaient tenus de payer les frais de l’examen anti-Covid pour retourner en Algérie. Selon les témoignages rapportés via les réseaux sociaux, ce dernier coûte entre 170 et 200 dinars tunisiens, soit l’équivalent de 15.000 DA. Une mesure qui avait fait l’objet de controverses.

Dans ce sens, une autre raison se dresse. Le voyage est devenu plus cher par rapport à la période qui a précédé la propagation du Covid. Les prix proposés cette année oscillent entre 50.000 et 60.000 DA. Ce tarif affiché par les agences de voyages juste après l’ouverture des frontières concerne des titres de séjour dans des hôtels trois et quatre étoiles. Dans l’un de ces hôtels en Tunisie, la nuit coûte 120 dinars tunisiens, soit l’équivalent de 8000 DA. Cette augmentation est associée à la «culture de réservation», d’après le membre de la Fédération.
«Les Tunisiens ont tendance à réserver à la dernière minute, ce qui provoque une certaine pression sur les hôtels, raison pour laquelle les prix sont élevés», a-t-il expliqué.

A. T. lalgerieaujourdhui / By Assia T

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here