Transsaharienne : projet achevée du côté algérien

0
1031

S’étendant sur 10 000 km la route transsaharienne est pratiquement achevée du côté algérien. Ainsi, il ne manque plus que sept kilomètres sur les 2 300 qui s’étalent sur le territoire algérien. De leur côté, les responsables se penchent actuellement sur les moyens de rentabiliser cette gigantesque infrastructure.  

La route transsaharienne qui couvre plusieurs pays africains tels que le Niger, le Mali, le Tchad le Nigéria, la Tunisie et l’Algérie représente un formidable outil qui permettra de développement de l’économie de ces pays.   

Intervenant lors d’une journée d’étude à Sétif, dédiée à « l’importance des infrastructures de base de transport pour l’économie nationale » le secrétaire général du ministère de Travaux publics, Salim Djaalal, a affirmé la nécessité de passer à la phase de gestion économique de la route transsaharienne dès son achèvement.

« Il faut maintenant passer à la phase de gestion économique du projet pour le déplacement des personnes et les échanges commerciaux entre les 6 pays traversés par cette route », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter que « le travail est en cours pour mettre en place tous les mécanismes de gestion économique de cette route et lever les entraves susceptibles d’être rencontrées par l’opérateur économique pour transporter ses marchandises entre ces pays traversés par la transsaharienne ».

M. Djaalal a également souligné le fait que « l’Algérie ait accordé une grande importance à cette route qui constitue une artère vitale attractive de développement surtout qu’elle possède un des plus grands réseaux routiers d’Afrique avec plus de 141.000 km de routes toutes catégories confondues ».

Algerie-focus

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here