Un politicien espagnol relie les relations tendues entre l’Algérie et l’Espagne à l’opération d’espionnage à laquelle Sanchez a été exposé

0
661
Spain's Prime Minister Pedro Sanchez gestures as he arrives on March 21, 2019 in Brussels on the first day of an EU summit focused on Brexit. European Union leaders meet in Brussels on March 21 and 22, for the last EU summit before Britain's scheduled exit of the union. / AFP / JOHN THYS

Après qu’il a été révélé que le téléphone du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez était espionné, des doutes ont été émis sur la relation de cette affaire avec le changement de position de Madrid sur la question du Sahara occidental, qui a directement affecté les relations algéro-espagnoles.

A cet égard, le chef du Parti populaire espagnol , Alberto Figo, a posé des questions à ce sujet à Sanchez, se demandant si la nouvelle position de l’Espagne sur la question du Sahara occidental était liée à l’espionnage du téléphone de ce dernier.

Figo a déclaré, dans un communiqué diffusé par le site « La Vanguardia », que la nouvelle position prise par Pedro Sanchez concernant le Sahara Occidental pourrait être liée à l’attaque de son téléphone.

Le même intervenant s’est demandé si les informations volées sur son téléphone auraient pu affaiblir sa position en matière de relations internationales, et si cet espionnage n’a rien à voir avec le changement de position de consensus historique envers l’Algérie, le Sahara Occidental et le Maroc.

L’homme politique de l’opposition estime que le gouvernement espagnol a trompé le peuple espagnol en supprimant Paz Esteban du poste de directeur du Centre national de renseignement.

Il est à noter que l’opération d’espionnage à laquelle Sanchez a été exposé s’est déroulée au plus fort de la crise diplomatique entre Rabat et Madrid, dans le contexte de l’accueil par cette dernière du président sahraoui Brahim Ghali pour traitement.

L’ opération d’espionnage a également eu lieu au cours de la même période au cours de laquelle Amnesty International a révélé l’utilisation par Rabat du programme Pegasus pour espionner et surveiller les politiciens et les journalistes.

Il est à noter que les relations algéro-espagnoles connaissent une tension sans précédent.

Algerie-focus

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here