Une approche de coopération entre la mosquée d’Alger et la Grande mosquée de Paris

0
333

ALGER- Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Youcef Belmahdi a annoncé, vendredi à Alger, « une approche de coopération future », entre la mosquée d’Alger après sa réception et la Grande mosquée de Paris pour dispenser la meilleure formation possible aux étudiants et Imams.

Dans un entretien à l’APS, M. Belmahdi a affirmé qu' »une réflexion est engagée pour l’établissement d’un jumelage entre la mosquée d’Alger après sa réception et la Grande mosquée de Paris pour l’adoption d’une vision commune dans la formation des Imams et étudiants dans le respect de notre référent religieux national ».

« Parmi les structures intégrées à la mosquée d’Alger, l’Institut supérieur des études religieuses, un pôle de formation spécialisée devant être opérationnel dès la réception du projet en vue d’améliorer le niveau de formation dans ce domaine », a indiqué le ministre, ajoutant qu »‘une réflexion est engagée pour l’établissement d’un jumelage avec la mosquée de Paris pour adapter le niveau de formation à l’environnement de l’Imam (France) ».

A cet effet, le ministre a rappelé que sa « rencontre avec le recteur de la mosquée de Paris, Chems Eddine Hafiz lors de sa récente visite en Algérie a permis d’échanger les vues et expertises sur la formation des étudiants et Imams », arguant que « le programme de formation accrédité par l’Institut Abdelhamid Ibn Badis relevant de la mosquée de Paris a été élaboré par des Imams algériens délégués en France par le ministère ».

L’enseignement futur de certains volets de ce programme au niveau de nos Instituts en Algérie répond au souci de prendre connaissance de l’environnement de l’Imam et promouvoir des niveaux de recherche dans les mémoires de fin d’études », a-t-il soutenu.

Cette coopération permettra aussi d’échanger les expériences concernant les différentes formes de lutte contre l’extrémisme, le népotisme, la violence, le radicalisme, domaines où l’Algérie a franchi de grandes étapes et le ministère des Affaires religieuses compte une grande expérience.

Il a ajouté que dans le cadre des relations de coopération avec la Mosquée de Paris, il sera procédé, après l’amélioration de la situation liée aux conditions de la pandémie de Coronavirus, à l’envoi de caravanes scientifiques qui se dirigeront à Paris pour présenter des conférences dans les instituts et les mosquées supervisés par cet édifice religieux en France ».

Dans le même contexte, le Premier responsable du secteur a indiqué que la relance des caravanes scientifiques au niveau national et qui a débuté lors des festivités du Mawlid Ennabaoui Echarif depuis la wilaya de Tizi Ouzou, « intervient pour consacrer le référent national et religieux, consolider les valeurs nationales et l’esprit de l’amour et de la solidarité et examiner les différentes questions qui concernent la société ».

Pour le ministre, « la relance de ces caravanes à travers les mosquées et les écoles coraniques et qui se sont arrêtées en raison des conditions induites par la pandémie de Corona, constituera une opportunité en vue d’aborder plusieurs thèmes importants, avec l’encadrement de cheikhs qualifiés en la matière, en sus d’enseignants universitaires et de cadres du ministère ».

Vers la relance de la formation des imams à Al-Azhar

Par ailleurs, M. Belmahdi a fait état d’une « orientation vers la relance de la formation supplémentaire des imams et des mouftis à Al-Azhar Echarif dans l’Etat frère d’Egypte, d’autant que cette formation englobera tout ce qui a trait au prêche et aux sciences islamiques ».

Il a ajouté qu »‘après l’interruption de ces missions ces dernières années, le ministre œuvre actuellement à les relancer, d’autant que le sujet a été abordé avec le moufti de la République Arabe d’Egypte lors d’une rencontre avec lui en marge de la 6e conférence mondiale d’Al Ifta abritée par le Caire en août écoulé ».

Il a indiqué s’être récemment entretenu à ce propos avec l’ambassadeur d’Algérie en Egypte, précisant que « la relance de ces missions de formation entre dans le cadre de la politique du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, visant à mettre à profit le corps diplomatique pour œuvrer à la consolidation des relations avec les Etats frères, conformément à la nouvelle vision de la politique extérieure de l’Algérie ».

A une question sur l’amélioration de la situation socio-professionnelle des imams en Algérie, M. Belmehdi a souligné que « le ministère, en tant que partenaire, recherche les moyens idoines pour la promotion des imams à travers les mosquées de la République, notamment ceux d’entre eux titulaires d’un doctorat, et ce, dans le but de hisser le niveau de la formation et de l’orientation religieuses en Algérie ».

La mosquée algérienne est aujourd’hui encadrée par des titulaires de magisters et de masters et des mourchidate titulaires de doctorats, a-t-il fait savoir.

Les efforts de régularisation et d’intégration des imams chargés de diriger les prières se poursuivent, aux côtés des mesures prises par le président de la République , Abdelmadjid Tebboune, notamment la hausse du point indiciaire et la baisse de l’impôt sur le revenu, lesquelles permettront d’améliorer la situation sociale des travailleurs du secteur.

APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here