Une quantité record de marchandises saisie en 20 jours Les milliards de l’informel

0
529

Des sacs d’argent sale qui se compte en milliards et des centaines de tonnes de produits destinés à la spéculation et à la contrebande ont été découverts durant les vingt premiers jours du mois sacré.

Plus de 258 tonnes de marchandises d’une valeur globale de plus de 330 millions de DA ont été saisies durant les vingt premiers jours du mois de Ramadhan.

C’est ce que révèle le dernier bilan des brigades de contrôle et de la répression des fraudes au niveau du marché national communiqué par le ministère du Commerce. Ces agents ont effectué 121 459 interventions qui se sont soldées par le constat de 20 334 infractions et l’établissement de 19 207 procès-verbaux, a fait état ledit document. En ce qui concerne le contrôle de qualité et la répression des fraudes, ce sont
55 295 actions qui ont été opérées, permettant la constatation de 8.268 infractions, l’établissement de 7 715 P.-V. de poursuites judiciaires et la proposition de fermeture de 212 commerces. Ces interventions ont donné lieu à la saisie de
258,52 tonnes de marchandises impropres à la consommation, d’une valeur de 152 77 millions de DA.


En termes de pratiques commerciales, il a été recensé
66 164 interventions donnant lieu à la constatation de
12 066 infractions et l’établissement de 11 492 P.-V. de poursuites judiciaires, outre la fermeture de 691 commerces. Ces interventions ont permis de dévoiler un montant global non facturé de 1,385 milliards de DA et de saisir des marchandises d’une valeur de 177 986 millions de DA.


Des sommes colossales sus-citées demeurent la partie visible de l’iceberg. Les saisies record illustrent, quant à elles, l’ampleur du phénomène de la spéculation durant le mois sacré du Ramadhan.


L’absence d’affichage des prix, la non facturation, l’application de prix illicites, la non-inscription au registre du commerce constituent les principales infractions constatées, comme attesté par le communiqué de la tutelle. Pour ce qui est du domaine de la lutte contre la spéculation, les opérations de contrôle menées durant les vingt premiers jours du mois de Ramadhan, en coordination avec les services de sécurité, se sont soldées par 18 518 interventions», ajoute ladite annonce.«Celles-ci ont permis l’enregistrement par les services de contrôle de 13 délits et l’établissement de 13 procès-verbaux (PV) de poursuites judiciaires», selon la même source.


Les services de contrôle ont, par ailleurs, pris des mesures administratives conservatoires, à travers la saisie d’une quantité de marchandises estimée à 59,26 tonnes, d’une valeur totale de 5,199 millions de DA.


Les contrôles ont ciblé les commerces de détail, avec 15 365 interventions, le commerce de gros avec 2 312 mesures, le secteur de la production, avec 621 opérations et les importateurs avec 220 interventions. Les opérations de contrôle ont également abouti à la saisie de denrées alimentaires de large consommation faisant l’objet de spéculation. Ils s’agit essentiellement d’une quantité d’huile de table subventionnée estimée à 4 160 litres, de 3 040 litres de lait, de la semoule et de la farine avec une quantité estimée à 52,06 tonnes. Un coup dur pour les barons de l’informel. Toutefois, la partie contre la spéculation et le trafic est loin d’être gagnée.
Les saisies se poursuivent. Les dernières en date remontent à avant-hier.


La première intervention a eu lieu à Mostaganem, où des quantités de 135,77 kg de viandes blanches et rouges, et de 15 kg de fromage dont la date de péremption est dépassée, ont été saisies. Elles étaient destinées à la production de merguez, affirme un communiqué de l’Association de protection du consommateur (Apoce). La deuxième opération s’est déroulée à Oran, où la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Dar Beïda a découvert une quantité de 3 056 kilos de viandes et d’abats putréfiés.


Le bilan de la tutelle affirme, dans ce sens, que les infractions enregistrées sont liées principalement au non-respect des règles d’hygiène et à des pratiques qui ont entaché le plus les activités commerciales, depuis le début du mois sacré, avec un taux de 43%. La vente des produits impropres à la consommation vient en seconde position.
En d’autres termes, il y a menace sur la santé publique!

lexpressiondz / Mohamed AMROUNI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here